Force est de constater qu’actuellement dans notre domaine habituel de pêche, les départements de la Loire, de la Haute Loire et du Puy de Dôme, les précipitations sont quasi absentes depuis plusieurs semaines, pour ne pas dire plusieurs mois.

Le CPSFV s’inquiète pour l’avenir de nos cours d’eau et la vie de la faune piscicole.

Un exemple : L’Ance du Nord qui coule dans les départements du Puy de Dôme, de la Loire et de la Haute Loire.

Les données hydrologiques relevées sur l’Ance du Nord à Sauvessanges (63) fournies par “hydro.eaufrance.fr” font apparaître que, statistiquement, le débit moyen en m3/secondes en mars et en avril est de l’ordre de 4 m3/secondes pour descendre à environ de 1,2 m3/secondes en août (données calculées sur 44 ans).

Les derniers relevés effectués entre le 5 et le 10 avril 2020, fournis par “vigicrues.gouv.fr” font apparaître un débit de l’ordre de 1,2 m3/seconde, volume sensiblement égal au débit moyen de pleine période d’étiage.

Alors que la nature, en plein développement, s’abreuve abondamment en ce moment, dans quel état seront nos rivières dans les prochains mois si la pluie ne vient pas à leur secours ?

Et pour compléter le tableau, après une période de fermeture de la pêche, pour cause de confinement lié à la pandémie de Covid-19, va-t-on s’orienter sur une prolongation de fermeture causée par la pénurie d’eau ?

Ce n’est pas le souhait des pêcheurs, mais …  nous sommes démunis et la nature dispose …