Vendredi 9 février 2018, à la Maison de la Nature de Saint-Etienne, près de trente personnes ont participé à la causerie de Louis SAUVADET Président de l’Association Protectrice du Saumon Loire Allier.

Il nous a fait partager sa passion pour la défense de ce poisson bio indicateur de l’environnement, des rivières et du milieu marin, mais aussi très sensible au changement climatique.

Il a tout d’abord dressé un tableau de la présence du saumon dans le monde, et particulièrement du saumon de l`Atlantique.

Jusqu’au début du 20e siècle, le saumon était présent dans toutes les rivières qui se jettent dans l’Atlantique, le saumon ayant besoin d’eau pure pour vivre et se reproduire. Actuellement seuls 10% de l’ensemble de ces rivières accueillent encore des saumons.

Aucune rivière française n’étant véritablement saine, le saumon est extrêmement vulnérable dans notre pays.

Louis SAUVADET a ensuite présenté le cycle très exceptionnel du saumon de souche « Loire-Allier », en détaillant chacune des 5 phases :

  • Sa naissance en eau douce, dans le bassin amont des rivières.
  • Sa descente des rivières vers la mer : « la dévalaison » qui dure de 3 semaines à 1 mois.
  • Sa vie dans l’océan qui peut durer de 1 et 3 ans. Pendant cette période il grossit en moyenne de 3 kg par an.
  • Son retour en rivière pour se reproduire : c’est la « montaison ». 95% des saumons de l’Allier reviennent dans la rivière où ils sont nés.
  • Sa reproduction : ii recherche le meilleur lieu pour frayer, donc pas forcément là où il est né, et parfois dans des petits ruisseaux. A titre indicatif, la femelle pond 10 000 œufs pendant 3 à 4 semaines. Après les différents stades qui suivent la ponte il ne reste que de 2 à 4 saumoneaux.

On imagine facilement que la vie d’un saumon n’est pas « un long fleuve tranquille ». Surtout depuis que l’homme, à partir du milieu du 19e siècle, est intervenu sur le milieu aquatique pour compliquer grandement cet équilibre déjà si fragile.
Quelques exemples d’embûches rencontrées par le saumon

  • La construction de barrages (Louis Sauvadet a notamment cité la construction illégale, en 1942, du barrage de Poutès, sur l’Allier. Cette construction a été catastrophique pour les frayères à saumons. Actuellement des travaux sont en cours pour abaisser la hauteur de ce barrage et installer des échelles a poissons.
  • L’installation de micro-centrales
  • La création de plans d’eau de loisirs
  • Le développement d’une agriculture intensive et polluante
  • L’installation de centrales nucléaires
  • La pollution urbaine et industrielle
  • La création en mer, dans les années I970, d’immenses fermes aquacoles, qui polluent l’écosystème marin et menacent les saumons sauvages
  • La pêche illégale ….
  • Les prédateurs, tels que les cormorans et les silures, ajoutent encore des handicaps supplémentaires.

Louis SAUVADET, grâce son association, créée en 1946, au moment où les barrages “poussaient” de toutes parts et où l’exploitation professionnelle du saumon démarrait, lutte avec persévérance pour la sauvegarde de ce poisson emblématique.

De nombreuses actions ont pu être conduites, grâce à l’Association Protectrice du Saumon Loire Allier et d’autres partenaires :

  • Suppressions et aménagements de barrages
  • Arrêt de la pêche au saumon en 1994
  • Installation de passes à poissons
  • Incubateurs, …

Les résultats commencent à être encourageants, puisque la population de saumons dans l’Allier augmente depuis 1990, période où le Saumon était près de disparaître. Mais il convient de poursuivre le combat.

Un grand merci à Louis SAUVADET pour nous avoir fait partager ses connaissances et nous avoir sensibilisés sur la nécessité d’agir aussi, à notre niveau, pour la protection du saumon.